Critique True Mothers de Naomi Kawase

Publié le 3 août, 2021 | par @avscci

0

True Mothers de Naomi Kawase

La confusion née de l’annulation du dernier Festival de Cannes et de la création du label 2020 n’aide pas le dernier long métrage de Naomi Kawase, qui nous parvient alors que l’édition cannoise 2021 domine l’actualité. Un dommage collatéral plus significatif qu’il ne paraît, puisque c’est bien avec ce film que la cinéaste trouve un point d’équilibre évident entre sa veine auteurisante marquée et son penchant plus accessible, populaire, qui avait donné Les Délices de Tokyo. True Mothers se colore même dans les teintes du mélo, et permet à l’autrice de marier ainsi deux côtés de sa personnalité artistique. Le récit se déroule sur deux temps, qui sont bien entendu parfaitement complémentaires, et conte l’histoire d’une mère adoptive, en parallèle avec la mère biologique de l’enfant. De ce concept relativement simple, Kawase tire une œuvre dont le ton parfois doux cache une rudesse sans concession dans le propos. Si la maternité est de toute évidence le point central du long métrage, il peut aussi apparaître comme un prétexte riche pour faire se croiser deux portraits de femmes japonaises aussi différentes que possible, et chacune travaillées par des démons profondément inscrits dans la société patriarcale de leur pays. La réalisation, en se centrant sur les sensations, le ressenti, de chacune des femmes, permet d’échapper à une dimension didactique qui aurait pu s’imposer à ce scénario. La fin, en forme de réconciliation potentiellement utopique, trahit une lumière chez Kawase qui dément sa réputation austère.

Pierre-Simon Gutman

Asa ga kuru. Film japonais de Naomi Kawase (2020), avec Hiromi Nagasaku, Arata Iura, Aju Makita. 2h20.

  •  
  •  
  •  
  •  




Back to Top ↑