Critique Ibrahim de Samir Guesmi

Publié le 22 juin, 2021 | par @avscci

0

Ibrahim de Samir Guesmi

Le premier long métrage réalisé par l’acteur Samir Guesmi raconte la relation ténue entre Ibrahim, un ado mutique et réservé, et son père, écailler à la brasserie du Royal Opéra. Le sujet est sensible, traité au plus près du personnage, avec une distance pudique. Les scènes sont courtes, les dialogues rares. Mais il fallait qu’un événement dramatique se produise, pour servir de catalyseur au récit. Ibrahim est surpris en train de voler, et son père doit rembourser les dégâts qu’il a commis.

Dès lors, le rythme du film s’accélère, et la situation se gâte. Pris dans une sorte de surenchère frénétique, le réalisateur multiplie les rebondissements et tombe dans une démonstration aux semelles de plomb. Ce n’est plus alors qu’une succession de situations caricaturales et téléphonées. Le passage le plus embarrassant est probablement celui où un homme riche (Philippe Rebot en roue libre), qui s’est entiché d’Ibrahim et de son meilleur ami Achille après les avoir rencontrés à la piscine municipale (!), les invite chez lui, et ne cesse de leur brandir des liasses de billets sous le nez.

Le film a ensuite bien du mal à renouer avec la finesse de ses intentions de départ. Comme incapable de conclure son récit, il finit par tout laisser en suspens, y compris la relation entre le père et le fils, qui s’en tient au constat d’une communication impossible, à peine contrebalancée par une fin un peu simpliste. On a le sentiment, à la vision d’Ibrahim, d’un court métrage étiré en longueur, qui tente de dissimuler ses faiblesses derrière une accumulation de poncifs forçant l’émotion.

Marie-Pauline Mollaret

Film français de Samir Guesmi (2020), avec Abdel Bendaher, Samir Guesmi, Luana Bajrami, Rabat Naït Oufella. 1h18

  •  
  •  
  •  
  •  




Back to Top ↑