Critique Désigné coupable de Kevin Macdonald

Publié le 19 juillet, 2021 | par @avscci

0

Désigné coupable de Kevin Macdonald

C’est l’histoire authentique d’une de ces nombreuses erreurs judiciaires entraînées par le traumatisme des attentats du 11 septembre et l’internement à Guantánamo de suspects, pour certains arrêtés puis détenus arbitrairement, sans bénéficier pour autant d’un procès en bonne et due forme. Tel est le cas d’un lointain cousin mauritanien d’Oussama Ben Laden qui, sous prétexte qu’il a reçu un appel personnel du terroriste sur son téléphone portable à l’occasion d’un mariage, s’est retrouvé ciblé comme un ennemi public de la plus haute importance et jeté au cachot sans autre forme de procès pendant des années. Jusqu’à ce qu’une avocate militante des droits de l’homme avisée de sa situation entreprenne de se battre sur le front judiciaire afin d’obtenir qu’il soit jugé comme l’exige le droit international. Inspiré des mémoires de ce faux coupable emprisonné dans une zone de non-droit, Désigné coupable est la chronique d’une situation juridique absurde qui souligne les failles d’un système dévoyé pour des raisons purement politiciennes. Coutumier des sujets polémiques, le réalisateur britannique Kevin Macdonald en tire l’un de ces films idéalistes dans lesquels des hommes de bonne volonté arrivent à faire triompher la vérité sur un terrain miné. Il choisit pour le rôle de ce bouc émissaire qui subit son sort sans résister le séduisant Tahar Rahim, d’ailleurs nommé à l’Oscar du meilleur acteur pour sa composition toute en sourires. Face à lui, Jodie Foster, Shailene Woodley et Benedict Cumberbatch complètent une distribution impeccable au service d’un cas d’école.

Jean-Philippe Guerand

The Mauritanian Film britanno-américain de Kevin Macdonald (2020), avec Tahar Rahim, Jodie Foster, Shailene Woodley. 2h10.

  •  
  •  
  •  
  •  




Back to Top ↑