L’Avant-Scène Cinéma, un magazine unique !

L’Avant-Scène Cinéma a vu le jour en 1961, autant dire il y a un millénaire. Si l’équipe qui fait vivre aujourd’hui la revue n’était pas présente lors de sa naissance, elle n’en est pas moins fière de perpétuer une tradition. Car l’Avant-Scène Cinéma n’est pas une revue comme les autres. C’est la seule au monde à publier de façon aussi régulière et systématique le scénario de films, parfois des grands classiques de l’Histoire du cinéma, parfois des films plus confidentiels mais qui nous sont chers.


Critiques de films Wonder de Stephen Chbosky

Publié le 20 décembre, 2017 | par @avscci

0

Critique – Wonder de Stephen Chbosky

Handicapé par une malformation de naissance qui lui a valu de subir une multitude d’interventions chirurgicales lourdes, Auggie Pullman n’intègre le système éducatif qu’à la fin de l’école primaire et se retrouve littéralement projeté en milieu hostile, tant ses camarades manifestent peu de bienveillance à son égard. Avant de devenir un film, Wonder a été un best-seller vendu à cinq millions d’exemplaires et considéré comme une dénonciation salubre du harcèlement scolaire. Difficile de faire la fine bouche face à un tel déluge de bons sentiments. Dans la foulée du plaidoyer pour le droit à la différence que constituait déjà son opus précédent, Le Monde de Charlie, ô combien plus subtil, le réalisateur Stephen Chbosky n’y va d’ailleurs pas de main morte et n’hésite pas à nous prendre en otage sur le plan affectif. Sur une thématique qui évoque irrésistiblement à travers la difformité de son héros Elephant Man de David Lynch et Mask de Peter Bogdanovich, Wonder ne fait pas vraiment dans la nuance. Le petit Jacob Tremblay (l’enfant martyr de Room) adopte des mimiques qui feraient pâlir de jalousie n’importe quel Mogwaï échappé de Gremlins. Quant à l’émotion, elle est fabriquée ici avec une maladresse confondante qui ne laisse pas la moindre marge de manœuvre aux comédiens, à l’instar de Julia Roberts et Owen Wilson préposés à sourire en permanence, comme pour faire front contre l’adversité. Ce film racoleur et manipulateur à outrance dessert la cause qu’il prétend défendre.

Jean-Philippe Guerand

Film américain de Stephen Chbosky (2017), avec Julia Roberts, Owen Wilson, Jacob Tremblay. 1h 53.

  •  
  •  
  •  
  •  




Back to Top ↑