L’Avant-Scène Cinéma, un magazine unique !

L’Avant-Scène Cinéma a vu le jour en 1961, autant dire il y a un millénaire. Si l’équipe qui fait vivre aujourd’hui la revue n’était pas présente lors de sa naissance, elle n’en est pas moins fière de perpétuer une tradition. Car l’Avant-Scène Cinéma n’est pas une revue comme les autres. C’est la seule au monde à publier de façon aussi régulière et systématique le scénario de films, parfois des grands classiques de l’Histoire du cinéma, parfois des films plus confidentiels mais qui nous sont chers.


Critiques de films L'échange des Princesses de Marc Dugain

Publié le 27 décembre, 2017 | par @avscci

0

Critique – L’Echange des princesses de Marc Dugain

La figure de Philippe d’Orléans, Régent de France, qui a tenu les rênes du pouvoir à la mort de Louis XIV, a été immortalisée sous les traits de Philippe Noiret dans Que la fête commence, de Bertrand Tavernier. Nous le retrouvons ici sous ceux d’Olivier Gourmet, qui défend le rôle avec ferveur, quoi qu’il soit secondaire. Mais c’est bien le Régent qui a eu l’idée, dans le but de pacifier les relations entre la France et l’Espagne, d’envoyer sa fille de douze ans épouser l’héritier du trône d’Espagne (encore adolescent lui aussi). En guise de réciprocité le roi d’Espagne a donné la main de sa fille à Louis XV. Ce dernier n’a alors que onze ans, sa jeune épouse en affichant quatre ! C’est cet épisode ubuesque, ridicule et glaçant à la fois, que retrace le film de Marc Dugain, cinéaste et historien, qui nous avait jusqu’alors plutôt intéressés aux désordres du siècle passé. Mais à assister à cet Echange des princesses, nous ne pouvons que conclure que le Pouvoir reste une entité inoxydable et que ces excès font toujours autant frémir.  La mise en scène, très sobre à dessein, souligne cette glaciation des consciences. Dans les couloirs de Versailles, dans lesquels la lumière ne parvient pas toujours à se frayer un chemin, nous avons le sentiment d’avoir froid et qu’il ne faut pas écarquiller les yeux bien grands pour voir roder la mort. Le miracle est que dans ce contexte mortifère les enfants conservent une grâce que leur rang et leurs obligations n’annihilent pas. Dugain parvient même à mettre en lumière ce hiatus qui nous émeut aux larmes entre l’innocence des vertes années et la conscience que l’on n’est pas un enfant comme un autre et qu’il faut tenir son rang. L’attachement que la (toute) petite fille venue d’Espagne finit par avoir pour son (jeune) mari qui ne s’encombre pas trop de lui faire fête trace une piste lumineuse dans ce film de ténèbres…

Yves Alion

Film français de Marc Dugain (2017), avec Lambert Wilson, Olivier Gourmet, Catherine Mouchet. 1h 40.

  •  
  •  
  •  
  •  




Back to Top ↑