L’Avant-Scène Cinéma, un magazine unique !

L’Avant-Scène Cinéma a vu le jour en 1961, autant dire il y a un millénaire. Si l’équipe qui fait vivre aujourd’hui la revue n’était pas présente lors de sa naissance, elle n’en est pas moins fière de perpétuer une tradition. Car l’Avant-Scène Cinéma n’est pas une revue comme les autres. C’est la seule au monde à publier de façon aussi régulière et systématique le scénario de films, parfois des grands classiques de l’Histoire du cinéma, parfois des films plus confidentiels mais qui nous sont chers.


Livres Cinéma-Premiers-Crimes-critique-livres-octobre-2015-avant-scene-cinema-626

Publié le 19 octobre, 2015 | par @avscci

0

Actu Livres octobre 2015 – Cinéma Premiers Crimes

Bel objet ! Un album de près de 200 pages, en couleurs, tranches teintées en rouge. Ce livre est en fait la publication qui a accompagné une exposition du même titre qui s’est tenue à Paris au printemps et à l’été derniers. Il s’agit de raconter l’histoire de l’invention du film policier ou du film « criminel » depuis les débuts du cinéma jusqu’aux années 20 environ. Contrairement à de nombreux catalogues d’exposition, l’ouvrage ne se distingue pas par la quantité de textes ou d’analyses ; il reprend en fait pour l’essentiel les textes présentés lors de l’exposition elle-même. Ce qui fait l’intérêt du livre est en fait l’extraordinaire qualité, la richesse et la variété des documents exposés et présentés. C’est un très bel ensemble d’affiches magnifiques, de photographies de plateau d’époque, et de documents rares (couvertures de livres, extraits de presse…).

zigomar-cinema-premiers-crimes-critique-livres-octobre-2015-avant-scene-cinema-626

L’ensemble est présenté selon un ordre à la fois thématique et chronologique, en quatre principales parties : les débuts du cinéma, les films criminels, les « maîtres de l’effroi » (Fantômas en tête, mais aussi des figures un peu oubliées comme Zigomar) et les feuilletons cinématographiques. On apprécie surtout, en dehors de la qualité des documents eux-mêmes, la très grande qualité de la maquette, de la mise en page, et même du papier lui-même (aucun effet de « transparence »), ainsi que le soin apporté à la restitution des couleurs originales.

Laurent Aknin

Cinéma premiers crimes, d’Alain Carou et Matthieu Letourneux, Paris bibliothèques, 199 pages.

  •  
  •  
  •  
  •  




Back to Top ↑