L’Avant-Scène Cinéma, un magazine unique !

L’Avant-Scène Cinéma a vu le jour en 1961, autant dire il y a un millénaire. Si l’équipe qui fait vivre aujourd’hui la revue n’était pas présente lors de sa naissance, elle n’en est pas moins fière de perpétuer une tradition. Car l’Avant-Scène Cinéma n’est pas une revue comme les autres. C’est la seule au monde à publier de façon aussi régulière et systématique le scénario de films, parfois des grands classiques de l’Histoire du cinéma, parfois des films plus confidentiels mais qui nous sont chers.


Livres Michel Piccoli

Publié le 29 mars, 2016 | par @avscci

0

Actu livres mars 2016 – Michel Piccoli

Michel Piccoli a écrit naguère l’un des plus beaux livres de mémoires qui soient : Dialogues égoïstes. Quarante années ont passé depuis et sa carrière s’est poursuivie jusqu’au formidable Habemus Papam de Nanni Moretti, en 2011. À l’invitation de son ami Gilles Jacob, et sous la forme d’un échange épistolaire, il se livre ici au jeu de la vérité avec une lucidité que n’a pas affecté son âge (90 ans, en décembre dernier). Ce qui frappe dans ce livre qui va clopin-clopant et a le bon goût de ne pas aspirer à l’exhaustivité, c’est la sincérité de Piccoli, capable de suffisamment de recul pour expliquer que « pendant longtemps, le cinéma est resté un travail d’appoint, une occupation secondaire par rapport au théâtre », puis d’affirmer aujourd’hui : « Je n’ai eu qu’un seul métier qui s’est orienté vers deux directions. »

Michel Piccoli, j'ai vécu dans mes rêvesTout l’intérêt de cet ouvrage réside dans sa franchise. Piccoli n’y esquive jamais les questions qui fâchent et Jacob n’hésite pas à le taquiner, même si c’est toujours affectueusement. L’acteur enrage ainsi de ses pertes de mémoire et se verrait bien remonter sur scène avec une oreillette, même s’il se sent « comme un stylo qui n’a plus d’encre » et dresse ce constat tragique : « Je suis encore en vie et pourtant c’est fini. » Ne pas en conclure pourtant que ce livre soit empreint de tristesse. D’ailleurs, Gilles Jacob nous en livre pour preuve une douzaine de facsimilés de la correspondance parfois burlesque qu’il a entretenue avec son interlocuteur. Quant à Michel Piccoli, il hasarde de son métier une définition dont tous ceux qui aspirent à le suivre devraient prendre de la graine : « Peut-être que ce qui fait l’authentique acteur tient au risque qu’il prend de ne pas lui-même savoir comment il va faire… »  

Jean-Philippe Guerand

J’ai vécu dans mes rêves, de Michel Piccoli et Gilles Jacob, Grasset, 162 pages.

  • 6
  •  
  •  
  •  




Back to Top ↑