Livres Le Cinéma de Robert Zemeckis, vers des images spirituelles, de Rémi Grelow

Publié le 13 janvier, 2022 | par @avscci

0

Actu Livres – Le Cinéma de Robert Zemeckis, vers des images spirituelles, de Rémi Grelow

Il était réjouissant qu’un auteur fasse un livre sur Robert Zemeckis, cinéaste trop négligé et pourtant essentiel du temps des mutants qu’Hollywood traverse depuis trente ans. Cette monographie ne lui rend toutefois pas hommage.

Le plan de l’étude pose en lui-même problème. Remi Grelow ne sacrifie rien de moins que les cent trente premières pages du livre pour retracer la carrière de l’auteur. L’analyste semble ignorer qu’il s’adresse à un lectorat initié, connaissant déjà cette filmographie. Prendre les films un par un afin d’évoquer leur genèse, résumer leur intrigue et parler de leur réception critique s’avère doublement contre-productif. Cela ennuie, puisque nous connaissons déjà l’histoire des films et le contexte dans lequel ils sont sortis. Et cela frustre, car la réception critique des films, elle moins connue, se limite à de brefs extraits de recensions qui ne nous apprennent rien de la réception du cinéaste par la presse spécialisée.

Lorsque viennent les analyses (portant sur le jeu d’acteur, les effets spéciaux, la vision du monde du cinéaste…) dans la seconde partie, l’essai n’emporte pas l’adhésion davantage. La richesse de cette œuvre permettait pourtant de développer un propos intéressant. Grelow ne se concentre pas sur l’étrangeté classique d’Alliés (2016), où Zemeckis se fait taxidermiste un peu comme Soderbergh avec The Good German (2006). La scène melvilienne, où le héros de Seul au monde (2000) croise une baleine, est également absente. Grelow passe aussi sous silence le long travelling arrière de La Légende de Beowulf (2007) allant d’un village jusqu’à un monstre, rimant avec l’ouverture de Contact (1997), preuve parmi d’autres de la virtuosité de Zemeckis. Non pas qu’il faille nécessairement traiter ces éléments, que nous valorisons avec subjectivité, mais que nous attendions un regard clairvoyant. Or, ici, les formes neuves imposées par Zemeckis ne bénéficient jamais d’un point de vue original et sont l’objet d’observations succinctes. Il y a bien quelques amorces de réflexions intéressantes, comme entre les pages 134 et 148, à propos de l’esthétique «cartoonesque» du jeu d’acteur de certains films du réalisateur. Mais elles restent à l’état de point de départ. L’auteur fait l’erreur de se concentrer avant tout sur la trilogie «performance capture» (Le Pôle express (2004), La Légende de Beowulf, Le Drôle Noël de Scrooge (2009)), certes essentielle. Toutefois, il néglige quasiment toute une partie aussi importante de la filmographie, notamment la dernière, allant de Flight (2012) à Sacrées Sorcières (2020). Le texte se contente à plusieurs reprises de passages descriptifs. Entre les pages 186 et 194, Grelow dépeint ainsi laborieusement La Légende de Beowulf pour démontrer le prosaïsme et l’énergie libidinale du film. De façon récurrente, le texte s’alourdit de réflexions aussi superficielles que : «[Seul au Monde] est composé de sons et de bruitages dits naturels, mais le plus souvent reconstitués ou retravaillés.», «Chuck Noland (le nom comme jeu de mots : no land)» ou «la grotte inondée [de La légende de Beowulf] métaphorise aussi l’utérus et le liquide amniotique». Abondante, l’iconographie, plutôt que de s’articuler avec le texte comme on s’y était habitué chez Rouge profond, ne fait qu’illustrer platement le propos de l’auteur. L’ensemble est de surcroît écrit dans un style scolaire, ne témoignant à aucun moment d’une sensibilité originale. Autant de défauts qui condamnent ce rendez-vous manqué à l’oubli instantané.

Mieux vaut se replonger dans les pages pénétrantes de Pierre Berthomieu dans son troisième opus sur les formes hollywoodiennes, paru chez le même éditeur, pour prendre la mesure de la valeur de ce cinéaste.

Tancrède Delvolvé

Le Cinéma de Robert Zemeckis, vers des images spirituelles, de Rémi Grelow, éd. Rouge Profond, 290 pages.

  • 12
  •  
  •  
  •  




Back to Top ↑