Couverture Buongiorno, notte de Marco Bellochio

Achat Numéro 679 – Buongiorno, notte de Marco Bellochio

15.00 € TTC

Catégorie : .

Dossier Buongiorno, notte de Marco Bellochio

4. Notes de Marco Bellocchio sur Buongiorno, notte
6. À propos du film, par René Marx
14. Portfolio. Les dessins préparatoires de Marco Bellocchio
40. Portrait de Marco Bellocchio, par René Marx
46. Marco Bellocchio, contre le mensonge des institutions, par Anne-Marie Baron
52. Quelques images du terrorisme dans le cinéma italien, par Jean A. Gili
62. Entretien avec Alessandro Giacone sur l’affaire Aldo Moro, par René Marx
68. Pink Floyd au cinéma, par Pierre Gaffié
80. Revue de presse de Buongiorno, notte
82. Filmographie de Marco Bellocchio
87. Le film vu par Luc Desportes, storyboardeur
88. La fiche technique de Buongiorno, notte
90. Découpage, relevé et traduction des dialogues italiens par René Marx
Dossier coordonné par René Marx

L’actualité

136. Jean-Pierre Bacri, par Jean-Philippe Guerand
142. Hommage à Claude Brasseur
146. Le film du mois. Pieces of a woman, par Jean-Philippe Guerand
150. D’autres films :
Minuit dans l’univers, de George Clooney, par René Marx
On the rocks, de Sofia Coppola, par Pierre-Simon Gutman
Le Tigre blanc, de Ramin Bahrani, par Jean-Philippe Guerand
152. Hommage à Robert Hossein
158. Entretien avec Jean-Marc Moutout à propos de la série télévisée de Victor Hugo, ennemi d’État (2018), en dvd, par Yves Alion
162. Les autres dvd, par Yves Alion et Jean-Philippe Guerand
Six films de guerre américains : L’Enfer des hommes (1955), de Jesse Hibbs (Elephant Films), Le Héros d’Iwo Jima (1960), de Delbert Mann (Elephant Films), Le Combat du Capitaine Newman (1963), de David Miller (Elephant Films), Les Conducteurs du diable (1952), de Budd Boetticher (ESC Editions), Tobrouk, commando pour l’enfer (1967), d’Arthur Hiller (Elephant Films) et Le Cinquième Commando (1971), d’Henry Hathaway (Elephant Films) – La Chartreuse de Parme (1948), de Christian-Jaque (Coin de Mire) – Coffret huit films de François Truffaut : La mariée était en noir (1968), La Sirène du Mississipi (1969), L’Enfant sauvage (1970), Une belle fille comme moi (1972), L’Histoire d’Adèle H. (1975), L’Argent de poche (1976), L’Homme qui aimait les femmes (1977) et La Chambre verte (1978) (Arte éditions) – Deux classiques américains des années 1930 : La Maison de la mort (1932), de James Whale (Carlotta Films) et Elle et lui (1939), de Leo McCarey (Lobster Films) – Assiégés (2020), de Rod Lurie (Metropolitan Vidéo) – La Vengeance de Siegfried (1966-1967), de Harald Reinl (Artus Films) – Une raison pour vivre, une raison pour mourir (1972), de Tonino Valerii (LCJ Editions) – Deux films de Jerzy Skolimovski : Walkover (1965) et Le Départ (1967) (Malavida) – Trois films d’anticipation : Tenet (2020), de Christopher Nolan (Warner Home video), Light of my life (2020), de Casey Affleck (Metropolitan Vidéo) et Greenland – Le dernier refuge (2020), de Ric Roman Waugh (Metropolitan Vidéo) – Trois comédies vintage françaises : Barnabé (1938), d’Alexandre Esway (LCJ Editions), Le Mouton à 5 pattes (1954), d’Henri Verneuil (Coin de Mire Cinéma) et La Belle Américaine (1961), de Robert Dhéry (LCJ Editions) – Antebellum (2020), de Gerard Bush et Christopher Renz (Metropolitan Vidéo) – Deux polars italiens des années 1970 : Société anonyme anti-crime (1972), de Stefano Vanzini (Steno) (Artus Films) et Opération K (1977), de Luigi Petrini (Artus Films) – Deux polars avec Jean Gabin : Le Jardinier d’Argenteuil (1966), de Jean-Paul Le Chanois (Coin de Mire Cinéma) et Le Soleil des voyous (1967), de Jean Delannoy (Coin de Mire Cinéma) – Deux films de Chris Marker : La Jetée (1962) (Potemkine) et Sans soleil (1983) (Potemkine) – Six films d’Extrême-Orient : Perfumed Nightmare (1977), de Kidlat Tahimik (Megaphone), Yuki, le secret de la montagne magique (1981), d’Akira Miyazaki (Rimini Editions), Made in Hong Kong (1997), de Fruit Chan (Carlotta Films), Judo (2004), de Johnnie To (Carlotta Films), Dans un jardin qu’on dirait éternel (2018), de Tatsushi Omori (Arte Editions) et La Vengeance d’un acteur (1963), de Kon Ichikawa (Rimini Editions) – Les Commitments (1991), d’Alan Parker (Metropolitan Vidéo) – Deux films du monde : Le Secret des Finch (2015), de Simon Stone (Condor Entertainment) et Yalda, la nuit du pardon (2019), de Massoud Bakhshi (Pyramide Vidéo)
178. Nos coups de cœur 2020

  • 6
  •  
  •  
  •  

Avis

Il n'y pas encore d'avis.

Soyez le premier à donner votre avis “Achat Numéro 679 – Buongiorno, notte de Marco Bellochio”

Back to Top ↑