Critique Tijuana Bible de Jean-Charles Hue

Publié le 28 juillet, 2020 | par @avscci

0

Tijuana Bible de Jean-Charles Hue

Voici un film qui s’avère indissociable de son mode de fabrication ébauché avec le court métrage Tijuana Talesprésenté à la Quinzaine des Réalisateurs en 2017. Remarqué pour deux films consacrés à la communauté des gens du voyage, La BM du seigneur (2010) et Mange tes morts (Prix Jean Vigo 2014), Jean-Charles Hue a entrepris de se plonger en immersion dans les bas-fonds d’une ville mexicaine à la merci des narcotrafiquants. Il a toutefois souhaité y situer une pure fiction, quitte à prendre des risques évidents. Le résultat, saisissant, évoque des films comme La Vierge des tueurs (2000) de Barbet Schroeder et Miss Bala (2011) de Gerardo Naranjo. Il est indissociable de la personnalité du comédien britannique qui en tient le rôle principal, Paul Anderson, transfuge de la série Peaky Blinders qui réussit la prouesse d’habiter son personnage de marine en quête de rédemption, sans qu’on sache toujours où s’arrête le jeu de l’acteur et où la réalité fait valoir ses droits. Jean-Charles Hue réussit la gageure de faire de son cadre à haut risque son principal partenaire et de chaque séquence une authentique victoire du cinéma vérité le moins complaisant. Tijuana Bible se présente comme une sorte de corps à corps musclé entre un personnage de fiction illuminé et une ville en constante ébullition où la vie ne vaut visiblement pas grand-chose. Le réalisateur ne cède cependant jamais à la tentation de la complaisance et se démarque en cela des codes qu’aurait pu appliquer à un tel sujet le cinéma d’action anglo-saxon en confiant son rôle principal à un héros hollywoodien labellisé. C’est en prenant le contre-pied de ce dispositif que ce film parfois âpre jusqu’à la nausée impose son ton singulier. 

Jean-Philippe Guerand

Film français de Jean-Charles Hue (2019), avec Paul Anderson, Adriana Paz, Noé Hernandez 1h32.

  •  
  •  
  •  
  •  




Back to Top ↑