Critique The Climb de Michael Angelo Covino

Publié le 28 juillet, 2020 | par @avscci

0

The Climb de Michael Angelo Covino

The Climb vous ment. Ce premier long métrage américain démarre en effet sur une longue scène de vélo, de grimpée même, qui fait croire que le dit vélo va jouer un rôle essentiel dans un récit au croisement du sport et des relations humaines. Mais ce n’est qu’un trompe-l’œil, illustrant de manière globale la méthode de l’auteur, cinéaste et interprète de The Climb, Michael Angelo Covino. En effet, le sujet du long métrage, les rapports de force entre ses héros, les cases dans lesquelles semblent de glisser les protagonistes : tous ces éléments se dérobent sans arrêt, comme dans une sorte de déconstruction permanente, où chaque chapitre enterre ou remet en question ce qui a précédemment été montré. Reste l’amitié, fort problématique, entre les deux héros, sujet et point névralgique de l’œuvre, amitié qui s’effondre plus ou moins totalement dès les premières minutes du récit. The Climb prend ensuite les temps, sur plusieurs années, de figer les surprenants hauts et bas d’une histoire personnelle sans arrêt changeante, où l’unique tentative de faire revivre le passé apparaît comme une improbabilité, vite ridiculisée. C’est peut-être pour cela que le film est aussi touchant. Derrière l’humour de plusieurs scènes, et le tragique de quelques autres, quelque chose d’instable et mystérieux traverse le long métrage. La vie peut-être, une forme de folie instable, parfois cruelle, qui menace de se désagréger à chaque instant, et confère une authenticité parfois bouleversante à l’œuvre.

Pierre-Simon Gutman

Film américain de Michael Angelo Covino (2019), avec Michael Angelo Covino, Kyle Marvin, Gayle Rankin, Judith Godrèche. 1h38.

  •  
  •  
  •  
  •  




Back to Top ↑