L’Avant-Scène Cinéma, un magazine unique !

L’Avant-Scène Cinéma a vu le jour en 1961, autant dire il y a un millénaire. Si l’équipe qui fait vivre aujourd’hui la revue n’était pas présente lors de sa naissance, elle n’en est pas moins fière de perpétuer une tradition. Car l’Avant-Scène Cinéma n’est pas une revue comme les autres. C’est la seule au monde à publier de façon aussi régulière et systématique le scénario de films, parfois des grands classiques de l’Histoire du cinéma, parfois des films plus confidentiels mais qui nous sont chers.


Critique Le château de verre de Destin Daniel Cretton

Publié le 14 octobre, 2017 | par @avscci

0

Le château de verre de Destin Daniel Cretton

Le film est annoncé comme étant tiré d’une histoire vraie. L’histoire est celle d’une famille pas comme les autres formée par un père baba pas très cool, une mère fantasque et trois enfants tiraillés entre l’amour de leurs parents et une quête d’autre chose. L’aspect sociologique du film est sans doute un peu scolaire, qui tend à montrer grandeur et limites d’une existence hors des rails, le hippy n’étant jamais loin du clodo. Les relations entre parents et enfants nous interpelle davantage lorsque le film se recentre sur les tenants et aboutissants d’une éducation vraiment pas comme les autres. Le film dès lors semble hésiter entre l’apologie de la liberté à tout prix et l’angoisse d’un déclassement programmé. C’est cette hésitation, cette fragilité des personnages que nous prenons de plein fouet. D’autant que les deux principaux, le père et la fille aînée, sont vibrants d’émotion. Il y a de l’Oscar dans l’air… Woody Harrelson est particulièrement remarquable dans la peau de ce personnage pétri d’amour et dont la vision du monde est gorgée de poésie qui la seconde suivante est capable de se révéler l’homme le plus odieux de la Terre, quitte à nous laisser croire l’espace d’un instant à ce que le film va tourner au fait divers sordide. Destin Daniel Cretton en est déjà à son neuvième long métrage. Mais c’est par States of grace qu’il s’est fait connaître en France. Il n’est pas interdit de voir des connivences entre celui-ci et Le Château de verre. Ni d’y trouver quelque motivation à découvrir les films précédents.

Yves Alion

The Glass Castle. Film américain de Destin Daniel Cretton (2017), avec Brie Larson, Woody Harrelson, Naomi Watts. 2h 08.

Critique en partenariat avec l’ESRA.

  •  
  •  
  •  
  •  




Back to Top ↑