Critique La leçon d'allemand de Christian Schokow

Publié le 13 janvier, 2022 | par @avscci

0

La Leçon d’allemand de Christian Schwochow

Un jeune homme est emprisonné pour avoir rendu copie blanche à un examen sur le thème “Les joies du devoir”. Un sujet qui le concerne d’autant plus qu’il a provoqué sa brouille avec son propre père, officier de police du Reich qui a trahi son amitié avec un peintre de renom en appliquant les consignes officielles consistant à lui interdire l’exercice de son art. De ce sujet épineux emprunté à un best-seller de Siegfried Lenz, La Leçon d’allemand tire une réflexion profonde sur la désobéissance civile qui trouve son origine dans une histoire vraie, celle du peintre Emil Nolde qui, après avoir rallié les Nazis, s’est retrouvé proscrit en tant que représentant de ce que l’Allemagne hitlérienne qualifiait d’“art dégénéré”. Le film qu’en tire Christian Schwochow est ambigu à souhait et propose une réflexion intéressante sur la place de l’artiste au sein de la société, surtout quand elle est soumise à un régime autoritaire et à la censure. La Leçon d’allemand est un film à tiroirs qui évoque la tonalité de l’expressionnisme à travers ses bleus vertigineux, ses noirs abyssaux et ses taches de lumière éclatantes, la mise en scène exploitant à merveille les moindres ressources de ces décors naturels tourmentés du littoral de la mer du Nord qui habitent littéralement leurs personnages et s’en remettant pour une bonne part à des interprètes remarquables autour d’un questionnement fondamental sur les origines du nazisme et l’adhésion du peuple allemand à son idéologie. Une réflexion austère mais pénétrante qui s’éloigne autant que possible de l’imagerie et des clichés.

Jean-Philippe Guerand

Deutschstunde. Film allemand de Christian Schwochow (2019), avec Ulrich Noethen, Tobias Moretti, Levi Eisenblätter 2h05. 

  •  
  •  
  •  
  •  




Back to Top ↑