Critique Pour Sama de Waad al-Kateab et Edward Watts

Publié le 9 octobre, 2019 | par @avscci

0

Pour Sama de Waad al-Kateab et Edward Watts

Dès 2011, Waad al-Kateab, étudiante à l’université d’Alep filme les manifestations contre la dictature de Bachar el-Assad. Cinq ans plus tard, elle témoigne pour Channel 4 des événements mortels survenus dans sa ville. Elle est demeurée à Alep, malgré les occasions de se sauver avec sa famille, jusqu’à l’extrême limite, c’est-à-dire la fin de l’année 2016. Son film est constitué d’images tournées au cœur de l’enfer, montées ensuite par elle et Edward Watts, à présent qu’elle vit en sécurité à Londres. Elle, journaliste, son époux Hamza, chirurgien, le dernier à maintenir un hôpital en fonction dans une cité martyrisée, et leur bébé, Sama, une petite fille dont ils sont sûrs qu’elle comprend parfaitement ce qui se passe autour d’elle, voient mourir sous les bombes leurs amis, leurs voisins, leurs collègues de travail et de malheur. Comme tous les héros qui ont eu le courage de ne pas quitter leur ville bombardée quotidiennement, Londres en 1941 ou Sarajevo en 1993, cette famille suscite une admiration infinie. S’y rajoute évidemment l’admiration pour une femme qui filme sans cesse, ne lâche jamais sa caméra (comme elle ne lâche jamais ses convictions), même quand les immeubles s’effondrent au-dessus d’elle, même quand ses amis meurent, même quand les mères amènent à l’hôpital leurs enfants blessés ou déjà morts. Les images de Pour Sama ne sont pas les plans fictionnels d’un film à sensation. C’est le monde réel apporté devant nos yeux et notre lucidité par une documentariste extraordinaire, au sens le plus pur de ce mot.

René Marx

Film documentaire syrien/britannique de Waad al-Kateab et Edward Watts (2019). 1h35.

  • 1
  •  
  •  
  •  




Back to Top ↑