L’Avant-Scène Cinéma, un magazine unique !

L’Avant-Scène Cinéma a vu le jour en 1961, autant dire il y a un millénaire. Si l’équipe qui fait vivre aujourd’hui la revue n’était pas présente lors de sa naissance, elle n’en est pas moins fière de perpétuer une tradition. Car l’Avant-Scène Cinéma n’est pas une revue comme les autres. C’est la seule au monde à publier de façon aussi régulière et systématique le scénario de films, parfois des grands classiques de l’Histoire du cinéma, parfois des films plus confidentiels mais qui nous sont chers.


Critique Mon Ket de François Damiens

Publié le 30 mai, 2018 | par @avscci

0

Mon Ket de François Damiens

Les comédiens qui passent à la réalisation sont légion, l’occasion faisant souvent le larron sans que cette démarche réponde toujours à une motivation profonde. Avec Mon Ket, François Damiens affine le concept des fameuses Caméras planquées qui l’ont fait connaître dans sa Belgique natale en développant diverses situations auxquelles se trouve confronté un savoureux minable confronté à sa double fonction sociale de truand et de… père. Un personnage qui devient le fil rouge d’une véritable saga au cours de laquelle il croise divers candides impliqués malgré eux dans cette histoire. Cet improbable cocktail donne lieu à des situations souvent cocasses, parfois hilarantes voire émouvantes pour certaines d’entre elles. Au point qu’il est parfois difficile de démêler le vrai du faux, tant notre guide à travers ce labyrinthe se révèle déconcertant de spontanéité. Le résultat est un film très singulier dont le générique de fin dévoile quelques-uns des secrets de fabrication à travers un bêtisier qui permet de mesurer l’audace de son postulat. Certains moments sont inénarrables, à l’instar de celui où le repris de justice fait la connaissance des parents de sa promise, quant à elle évidemment au fait de la supercherie. Le plus étonnant reste la façon dont Damiens parvient à rendre touchant son personnage et à nous faire partager la tendresse qui le lie à son petit garçon. C’est par son rythme inégal et ses petites erreurs de jeunesse que cette comédie résolument atypique nous embarque.

Jean-Philippe Guerand

Film franco-belge de François Damiens (2018), avec François Damiens, Matteo Salamone, Tatiana Rojo. 1h29.

Critique en partenariat avec l’ESRA.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  




Back to Top ↑