L’Avant-Scène Cinéma, un magazine unique !

L’Avant-Scène Cinéma a vu le jour en 1961, autant dire il y a un millénaire. Si l’équipe qui fait vivre aujourd’hui la revue n’était pas présente lors de sa naissance, elle n’en est pas moins fière de perpétuer une tradition. Car l’Avant-Scène Cinéma n’est pas une revue comme les autres. C’est la seule au monde à publier de façon aussi régulière et systématique le scénario de films, parfois des grands classiques de l’Histoire du cinéma, parfois des films plus confidentiels mais qui nous sont chers.


Critique Ma Vie avec James Dean de Dominique Choisy

Publié le 26 janvier, 2019 | par @avscci

0

Ma vie avec James Dean de Dominique Choisy

Ma vie avec James Dean est le titre du film que vient de réaliser le personnage du troisième long métrage de Dominique Choisy. Le film dans le film donne donc son titre au film. Tout le monde suit ? L’errance d’un artiste invité dans une petite ville (ici Le Tréport et les mystères de la Seine-Maritime quand tous les touristes ont disparu), l’arrivée anxieuse dans un hôtel un peu triste, l’accueil par de sympathiques cinéphiles, les doutes quant aux réactions d’un public qui ne viendra peut-être même pas, les rencontres favorisées par une solitude imprévue, la disponibilité à l’aventure et au retour sur soi, ces thèmes sont souvent de très beaux thèmes de cinéma. Pensons au joli et méconnu Je ne vois pas ce qu’on me trouve de Christian Vincent en 1996, avec Jacky Berroyer. Dominique Choisy décline cette veine avec humour et mélancolie, reliant les tourments de créateur de son cinéaste de fiction aux histoires d’amour hésitantes qu’il lui prête. Si son film ne racontait que cela, ce serait déjà une belle réussite. Une galerie de portraits servie par de très talentueux comédiens. Mais il va plus loin et glisse peu à peu vers des propos plus subversifs. Il commence avec délicatesse et conclut avec beaucoup d’énergie, surprenant très souvent le spectateur par ces beaux changements de ton. Évoquant Tchekhov et Macadam Cowboy, et citant cette expression  très courante en espagnol :  « el no ya lo tienes, ve por el si » (« Le non tu l’as déjà, essaye le oui »), il signe un film fort et inattendu.

René Marx

Film français de Dominique Choisy (2018), avec Johnny Rasse, Nathalie Richard, Mickaël Pelissier, Bertrand Belin, Françoise Lebrun.  1h48.

Critique en partenariat avec l’ESRA.

  • 3
  •  
  •  
  •  




Back to Top ↑