L’Avant-Scène Cinéma, un magazine unique !

L’Avant-Scène Cinéma a vu le jour en 1961, autant dire il y a un millénaire. Si l’équipe qui fait vivre aujourd’hui la revue n’était pas présente lors de sa naissance, elle n’en est pas moins fière de perpétuer une tradition. Car l’Avant-Scène Cinéma n’est pas une revue comme les autres. C’est la seule au monde à publier de façon aussi régulière et systématique le scénario de films, parfois des grands classiques de l’Histoire du cinéma, parfois des films plus confidentiels mais qui nous sont chers.


Critique Les héritières de Marcelo Martinessi

Publié le 30 novembre, 2018 | par @avscci

0

Les Héritières de Marcelo Martinessi

Chela et Chiquita ont mené la grande vie pendant trente ans dans leur bel appartement d’Asuncion au Paraguay. Mais les deux femmes se retrouvent au bord de la faillite, contraintes de vendre leurs biens, et Chiquita est accusée de fraude, puis envoyée en prison. D’abord totalement désemparée, Chela reprend peu à peu sa vie en mains, et se met à faire le chauffeur pour de vieilles femmes riches. Filmé presque uniquement en intérieur, dans des décors qui semblent enfermer les personnages (appartement, prison, voiture), Les Héritières est ainsi l’histoire d’une femme qui s’aperçoit brutalement qu’elle est confinée dans une cage dorée, et apprend à s’en émanciper. Avec justesse et subtilité, Marcelo Martinessi brosse le portrait d’une bourgeoisie paraguayenne qui a vécu coupée du monde réel pendant des décennies, complice plus ou moins consciente de la dictature et de ses successeurs. Une bourgeoisie accrochée à ses privilèges, aussi dérisoires soient-ils, et qui refuse de voir son monde changer. La trajectoire du personnage principal, qui passe d’une peur panique face au simple fait de vivre à une écoute active de ses propres désirs, devient ainsi la métaphore d’un pays qui doit lui-aussi trouver son propre chemin pour redonner du sens à son existence. Malgré le classicisme apparent de la mise en scène comme du scénario, extrêmement ténu, le film surprend par son pari (réussi) d’évoquer en filigrane du destin individuel de ses personnages l’histoire complexe et l’avenir incertain de son pays. Il doit également beaucoup à la formidable comédienne Ana BRUN, saluée par un prix d’interprétation à Berlin où le film a également séduit le jury de la critique internationale.

Marie-Pauline Mollaret

Las Herederas. Film paraguayen Martinessi (2017) avec Ana Brun, Margarita Irún, Ana Ivanova. 1h38.

Critique en partenariat avec l’ESRA.

  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  




Back to Top ↑