L’Avant-Scène Cinéma, un magazine unique !

L’Avant-Scène Cinéma a vu le jour en 1961, autant dire il y a un millénaire. Si l’équipe qui fait vivre aujourd’hui la revue n’était pas présente lors de sa naissance, elle n’en est pas moins fière de perpétuer une tradition. Car l’Avant-Scène Cinéma n’est pas une revue comme les autres. C’est la seule au monde à publier de façon aussi régulière et systématique le scénario de films, parfois des grands classiques de l’Histoire du cinéma, parfois des films plus confidentiels mais qui nous sont chers.


Critique Le Retour du héros de Laurent Tirard

Publié le 16 février, 2018 | par @avscci

0

Le Retour du héros de Laurent Tirard

Laurent Tirard s’est fait une spécialité des comédies à gros budget (Le Petit Nicolas, Astérix) qui attirent dans les salles (c’est du moins l’objectif) des familles entières. Son nouvel opus ne devrait pas déroger à la règle, qui s’attache aux pas d’un soldat de Napoléon revenu du front en catimini (c’est un couard, il a déserté) et que les circonstances amènent à se présenter comme un héros auréolé de nombreux faits d’armes. Le ton bien sûr n’est pas du côté du Colonel Chabert (qui lui aussi est revenu d’entre les morts), mais plutôt, même si le siècle n’est pas le même du côté d’OSS 117, la présence de Jean Dujardin dans le rôle-titre précipitant la comparaison. On l’aura compris tout ici est matière à dérision. Et aux échanges conflictuels (avant de devenir plus tendres) entre notre militaire d’opérette et une jeune femme (interprétée par Mélanie Laurent, qui pétille), qui est justement celle qui au départ avait instillé la fausse légende. Pour être honnête, le film patine un peu au départ et ne dispense son ironie qu’avec difficulté. Mais il trouve assez vite sa vitesse de croisière, imposant assez vite un rythme assez trépidant qui nous ramène au temps béni où Philippe de Broca ou Jean-Paul Rappeneau déplaçaient les foules. Il y a un peu des Mariés de l’an II dans ce Retour du héros. Ce qui ne peut que ravir Jean Dujardin dont l’admiration pour Belmondo ne s’est jamais démentie. Quant à Mélanie Laurent, que l’on n’a pas souvent vue dans ce registre, elle ferait une très respectable nouvelle Marlène Jobert. Les metteurs en scène devraient y songer…

Yves Alion

Film français de Laurent Tirard (2017), avec Jean Dujardin, Mélanie Laurent, Noémie Merlant. 1h30.

Critique en partenariat avec l’ESRA.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  




Back to Top ↑