L’Avant-Scène Cinéma, un magazine unique !

L’Avant-Scène Cinéma a vu le jour en 1961, autant dire il y a un millénaire. Si l’équipe qui fait vivre aujourd’hui la revue n’était pas présente lors de sa naissance, elle n’en est pas moins fière de perpétuer une tradition. Car l’Avant-Scène Cinéma n’est pas une revue comme les autres. C’est la seule au monde à publier de façon aussi régulière et systématique le scénario de films, parfois des grands classiques de l’Histoire du cinéma, parfois des films plus confidentiels mais qui nous sont chers.


Critique Le Raté Scélérat de Jeroen Jaspaert

Publié le 9 octobre, 2018 | par @avscci

0

Le Rat scélérat de Jeroen Jaspaert

Le Rat scélérat est l’adaptation d’un best-seller de la littérature jeunesse édité chez Gallimard jeunesse et signé Julia DONADSON et Axel SCHEFFLER (par ailleurs auteurs de succès comme Le Gruffalo et Monsieur Bout-de-bois également portés au cinéma). Comme son titre l’indique, le personnage principal en est un rat gourmand et hâbleur qui se laisse peu à peu aller à ses penchants les plus vils. Dépouillant les voyageurs qui ont le malheur de croiser sa route, il vole tout ce qui se mange, même les aliments qui ne lui plaisent pas.

Avec humour et légèreté, le réalisateur Jeroen JASPAERT donne vie à ce personnage de bandit de grand-chemin qui, s’il apparaît plutôt sympathique au début, devient au fil du récit un vrai anti-héros méchant et perfide. L’intrigue prend alors un tour un peu cruel, à la fois en raison des malheurs que le rat provoque autour de lui, puis de la punition dont il est finalement victime. La morale, bien sûr, permet au personnage de se racheter, mais sans la happy end trop évidente que l’on aurait pu attendre. Moins mièvre que de nombreux films pour enfants, visuellement abouti grâce à son esthétique qui laisse une place aux aspérités et aux imperfections, Le Rat scélérat est un conte doux-amer au charme certain. Le film, qui dure 26 minutes, s’accompagne de deux courts métrages en avant-programme : Musique-Musique de Ned WENLOCK, l’histoire un peu folle de cerfs et d’oiseaux chanteurs, et Une pêche fabuleuse d’Uzi GEFFENBLAD, joli conte sur l’amitié et l’imagination.

Marie-Pauline Mollaret

Programme de 3 courts métrages d’animation de Jeroen Jaspaert. Nouvelle Zélande, Suède, Angleterre. 0h42.

Critique en partenariat avec l’ESRA.

  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  




Back to Top ↑