L’Avant-Scène Cinéma, un magazine unique !

L’Avant-Scène Cinéma a vu le jour en 1961, autant dire il y a un millénaire. Si l’équipe qui fait vivre aujourd’hui la revue n’était pas présente lors de sa naissance, elle n’en est pas moins fière de perpétuer une tradition. Car l’Avant-Scène Cinéma n’est pas une revue comme les autres. C’est la seule au monde à publier de façon aussi régulière et systématique le scénario de films, parfois des grands classiques de l’Histoire du cinéma, parfois des films plus confidentiels mais qui nous sont chers.


Critique La femme de mon frère de Monia Chokri

Publié le 26 juin, 2019 | par @avscci

0

La Femme de mon frère de Monia Chokri

Surdiplômée et carrément trop intelligente, Sophia rame pour trouver un boulot à la hauteur de son talent. Sur le plan sentimental, ce n’est guère plus brillant, la jeune femme restant scotchée à son frère, avec lequel l’unit une relation fusionnelle (et trouble). Jusqu’au jour où ce dernier tombe en amour (comme on dit sur les rives du Saint-Laurent) d’une jeune femme… qui n’est autre que la gynéco de sa sœur… Nous sommes au Québec mais cela pourrait se dérouler dans n’importe quel quartier bobo d’une grande ville occidentale, de préférence en Amérique du Nord. Entre Woody Allen et les frères Farrelly, Mona Chokri (qui a par ailleurs été comédienne pour Xavier Dolan) ne manque pas de peps ni de répondant. On ne pourra pas nier que ses dialogues déboulent à cent à l’heure et que ses punch lines semblent sortir d’une mitraillette. C’est revigorant, mais c’est sans doute aussi un rien fatigant. On se dit que si les personnages ne manquent pas de séduction, ils en auraient bien plus encore si la réalisatrice avait pris un peu le temps de nous les rendre humains. Il y a quelque chose de mécanique dans ce film qui en limite l’impact, et c’est dommage. On se dit par moments, et sans vouloir jouer les psys de bazar, que la cinéaste nous a livré un autoportrait, celui  d’une femme certes brillante, mais qui ne manque pas de nous le faire remarquer. Un peu plus de douceur et de subtilité n’auraient pas nuit.

Yves Alion

Film canadien de Monia Chokri (2019), avec Anne-Elisabeth Bossé, Patrick Hivon, Sasson Gabai. 1h57.

  • Film du mois