L’Avant-Scène Cinéma, un magazine unique !

L’Avant-Scène Cinéma a vu le jour en 1961, autant dire il y a un millénaire. Si l’équipe qui fait vivre aujourd’hui la revue n’était pas présente lors de sa naissance, elle n’en est pas moins fière de perpétuer une tradition. Car l’Avant-Scène Cinéma n’est pas une revue comme les autres. C’est la seule au monde à publier de façon aussi régulière et systématique le scénario de films, parfois des grands classiques de l’Histoire du cinéma, parfois des films plus confidentiels mais qui nous sont chers.


Critique La ballade de Narayama de Shoei Imamura

Publié le 12 juillet, 2018 | par @avscci

0

La ballade de Narayama de Shoei Imamura

On a un peu oublié Shoei Imamura qui à partir des années 60 a pourtant (avec Nagisa Oshima) quelque peu révolutionné le cinéma japonais jusque-là dominé par un trio de génie (Akira Kusosawa, Kenji Mizoguchi, Yasujiro Ozu). La ressortie de La Ballade de Narayama survient donc à point pour rappeler que notre homme fait partie du club restreint des cinéastes doublement palmés à Cannes (pour La Ballade de Narayama puis pour L’Anguille). Et qu’il est signataire d’une œuvre cohérente dérangeante provocatrice sensuelle contestatrice baroque et que cette Ballade de Narayama en est l’une des plus belles illustrations. Si Imamura n’a eu de cesse de dénoncer les dérives matérialistes du Japon moderne il change quelque peu de cap avec ce film dont l’action se déroule vers 1860 dans un petit village retiré du monde. Nous nous attachons à une vieille femme qui va bientôt atteindre 70 ans. L’âge limite auquel la tradition commande de prendre congé pour aller mourir sur les hauteurs de la montagne. Et notre héroïne de mettre un peu d’ordre dans les affaires de sa famille avant de la quitter… Au-delà du personnage c’est toute la vie du village qui est scrutée avec une attention d’entomologiste. Imamura nous montre d’ailleurs suffisamment de rites animaux pour suggérer que l’espèce humaine ne diffère pas fondamentalement et que ses codes en valent sans doute d’autres. Une façon de voir qui a fait (et fera) grincer bien des dents mais dont la radicalité n’est pas exempte de séduction. Dérangeant le film n’en possède pas moins une force lyrique une humanité (décalée) et d’évidentes qualités formelles peu communes. Hautement recommandable.
Yves Alion
Narayama Bushikou. Film japonais de Shoei Imamura (1983) avec Sumiko Kakamoto Ken Ogata Takejo Aki. 2h13.

Critique en partenariat avec l’ESRA.

  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  




Back to Top ↑