L’Avant-Scène Cinéma, un magazine unique !

L’Avant-Scène Cinéma a vu le jour en 1961, autant dire il y a un millénaire. Si l’équipe qui fait vivre aujourd’hui la revue n’était pas présente lors de sa naissance, elle n’en est pas moins fière de perpétuer une tradition. Car l’Avant-Scène Cinéma n’est pas une revue comme les autres. C’est la seule au monde à publier de façon aussi régulière et systématique le scénario de films, parfois des grands classiques de l’Histoire du cinéma, parfois des films plus confidentiels mais qui nous sont chers.


Critique Jérico de Catalina Mesa

Publié le 20 juin, 2018 | par @avscci

0

Jericó de Catalina Mesa

Ce film colombien pourrait être sous-titré Les Voix de la sagesse. Sa réalisatrice y recueille les confidences de femmes d’âges et de conditions sociales variées qui professent une philosophie existentielle assez euphorisante. Le documentaire y emprunte les tours et détours du cinéma vérité pour nous faire entendre quelques vieilles dames indignes qui se gardent bien de prendre la pose de donneuses de leçons, mais constituent le chœur harmonieux d’une communauté qui a tout compris du sens de la vie, du fin fond de son village du bout du monde. À en juger par le plaisir simple que distille cette chronique pétrie d’humanité, Catalina Mesa possède une qualité d’écoute assez exceptionnelle qui lui permet de tisser des liens intimes avec ses interlocutrices et de dresser le portrait d’un microcosme remarquable. Jericó dépasse allègrement des limites des figures imposées pour atteindre à l’universalité, tant ces destinées lointaines trouvent des échos chez nos parents et nos grands-parents. Avec en sus un optimisme revigorant qui évite l’éternelle rengaine de la vieillesse considérée comme un naufrage et l’écueil de sa déchéance programmée. Sous le double signe du film brésilien de Clarissa Campolina Tourbillon (2011), mais aussi de… La poétique de l’espace de Gaston Bachelard, la réalisatrice signe une véritable quête ethnographique, en marchant sur les traces de ses ancêtres à travers huit portraits de femmes puissantes, pour reprendre le titre d’un Prix Goncourt de Marie Ndiaye.

Jean-Philippe Guerand

Jericó, el infinito vuelo de los días. Film colombien de Catalina Mesa (2016), avec Celina Acevedo, Cecilia Bohórquez, Laura Katherine Foronda. 1h17.

Critique en partenariat avec l’ESRA.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  




Back to Top ↑