L’Avant-Scène Cinéma, un magazine unique !

L’Avant-Scène Cinéma a vu le jour en 1961, autant dire il y a un millénaire. Si l’équipe qui fait vivre aujourd’hui la revue n’était pas présente lors de sa naissance, elle n’en est pas moins fière de perpétuer une tradition. Car l’Avant-Scène Cinéma n’est pas une revue comme les autres. C’est la seule au monde à publier de façon aussi régulière et systématique le scénario de films, parfois des grands classiques de l’Histoire du cinéma, parfois des films plus confidentiels mais qui nous sont chers.


Critique Duelles d'Olivier Masset Depasse

Publié le 26 avril, 2019 | par @avscci

0

Duelles d’Olivier Masset-Depasse

C’est par sa radicalité assumée que s’impose ce thriller fortement mâtiné de mélodrame. Un genre controversé qui ne s’accommode d’aucune approximation, sous peine de sombrer dans le pathos voire le grotesque. Il n’en est rien dans Duelles car Olivier Masset-Depasse, remarqué auparavant pour un film d’une tonalité fort différente, Illégal (2010), drame déchirant sur les migrants déjà interprété par Anne Coesens, respecte scrupuleusement les codes en vigueur. Dans la banlieue bruxelloise du début des années 60, deux femmes deviennent les meilleures amies du monde. Jusqu’au moment où l’une d’elles est victime d’une tragédie qui bouleverse leurs relations de bon voisinage et entraîne des catastrophes en cascade. La mise en scène joue à merveille d’une reconstitution tirée à quatre épingles qui ancre cette réaction en chaîne dans un univers où le raffinement le dispute à une nostalgie photogénique pour les belles carrosseries et la décoration d’intérieur. Il y a dans cette vision subliminale de la Belgique en tant que colonie témoin de l’American Way of Life le terreau idéal d’une histoire abracadabrante dans laquelle on embarque comme dans un cauchemar. Le mérite en revient à la fois à une mise en scène élégante qui lorgne du côté de Douglas Sirk et de Todd Haynes par son symbolisme autant que par sa gamme chromatique, mais aussi à l’alchimie vénéneuse de la brune Anne Coesens et de la blonde Veerle Baetens qui colmatent par leur abattage les invraisemblances psychologiques les plus folles.

Jean-Philippe Guerand 

Film belge d’Olivier Masset-Depasse (2018), avec Anne Coesens, Veerle Baetens, Mehdi Nebbou. 1h37.

  • 1
  •  
  •  
  •  




Back to Top ↑