L’Avant-Scène Cinéma, un magazine unique !

L’Avant-Scène Cinéma a vu le jour en 1961, autant dire il y a un millénaire. Si l’équipe qui fait vivre aujourd’hui la revue n’était pas présente lors de sa naissance, elle n’en est pas moins fière de perpétuer une tradition. Car l’Avant-Scène Cinéma n’est pas une revue comme les autres. C’est la seule au monde à publier de façon aussi régulière et systématique le scénario de films, parfois des grands classiques de l’Histoire du cinéma, parfois des films plus confidentiels mais qui nous sont chers.


Critique Cro Man de Nick Park

Publié le 7 février, 2018 | par @avscci

0

Cro Man de Nick Park

Chaque nouvelle œuvre issue des studios Aardman (Chicken run, Shaun le mouton) est un événement en soi et Cro Man ne déroge pas à la règle en proposant une version satirique et déjantée à la fois du film préhistorique et de la success-story sportive. En effet, l’intrigue se déroule à l’aube de l’humanité, à la charnière entre âge de pierre et âge de bronze, et raconte les efforts de Doug et de sa tribu pour résister à un ennemi puissant qui les a chassés de leurs terres. Pour cela, une seule option : monter une équipe de football digne de ce nom, et battre la meilleure équipe de la région.

Au cours de ce conte initiatique loufoque et décalé, on connaîtra enfin les origines du football (inventé à Manchester, pour ceux qui en doutaient) tout en suivant le héros et ses amis dans un entraînement intensif prétexte à de nombreux gags souvent ultra-référencés. Même si le scénario et les dialogues, parfois trop explicatifs, sont un cran en-dessous de la série des Wallace et Gromit, on ne boude pas son plaisir devant les multiples inventions de Nick Park, de la mésange vocale au scarabée-rasoir, en passant par le double niveau de lecture autour du foot, traité comme une sorte de divinité. Le film exploite également brillamment le contexte historique en dressant de savoureux parallèles entre la Préhistoire (cette époque lointaine où l’on était un vieillard à 32 ans) et aujourd’hui. Peut-être la jubilation originelle s’est-elle émoussée au fil des productions Aardman, mais le plaisir du spectateur, lui, est toujours au rendez-vous.

Marie-Pauline Mollaret

Film britannique d’animation de Nick Park (2018) avec les voix d’Eddie Redmayne, Maisie Williams, Tom Hiddleston, (en VO), Pierre Niney, Kaycie Chase (en VF). 1h29.

Critique en partenariat avec l’ESRA.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  




Back to Top ↑