L’Avant-Scène Cinéma, un magazine unique !

L’Avant-Scène Cinéma a vu le jour en 1961, autant dire il y a un millénaire. Si l’équipe qui fait vivre aujourd’hui la revue n’était pas présente lors de sa naissance, elle n’en est pas moins fière de perpétuer une tradition. Car l’Avant-Scène Cinéma n’est pas une revue comme les autres. C’est la seule au monde à publier de façon aussi régulière et systématique le scénario de films, parfois des grands classiques de l’Histoire du cinéma, parfois des films plus confidentiels mais qui nous sont chers.


Critique Charlie's Angels d'Elizabeth Banks

Publié le 8 janvier, 2020 | par @avscci

0

Charlie’s Angels d’Elizabeth Banks

La série des années 70 Drôle de dames avait fait l’objet d’une première adaptation au cinéma avec le diptyque Charlie et ses drôles de dames (2000) et Charlie’s Angels : Les Anges se déchaînent (2003) réalisé par McG. Ces deux films donnaient un nouveau souffle à leur modèle avec une forme énergique et des scènes d’action délirantes. Cette griffe (on n’ose dire « style » ou « personnalité ») est absente de ce nouvel épisode sans saveur. À sa vue, on se surprend à éprouver de la nostalgie pour les premiers opus, lesquels étaient pourtant d’une stupidité assumée et militante.

L’histoire du film s’organise autour du McGuffin suivant : une puissante firme a mis au point un objet potentiellement dangereux, car il contrôle différents types d’énergie. Trois jeunes espionnes (Kristen Stewart, Naomi Scott et Ella Balinska) pilotées par une supérieure (Elizabeth Banks) sont chargées d’enquêter sur le groupe détenant cette arme éventuelle et de la récupérer. L’intrigue est prétexte à l’habituelle succession de scènes d’infiltration et d’action propres au genre du film d’espionnage. L’auteur du film cumule ici les rôles d’actrice, de réalisatrice, de productrice et de scénariste. On l’imaginait donc très investie dans son projet. Or, ce qui frappe c’est qu’elle ne témoigne à aucun moment d’une quelconque inspiration. Les passages où les trois héroïnes déjouent les dispositifs de protection de bâtiments hypersécurisés pâtissent d’une absence de topographie et de rythme nécessaires à l’efficacité de tels morceaux de bravoure. La chorégraphie des combats n’est guère plus convaincante et les acteurs les jouant sont visiblement peu à l’aise avec ce type d’exercice. Pour ce qui est des transitions, on assiste à un défilé de produits de luxe qui contraste pathétiquement avec le peu de soin apporté aux décors et à la lumière. Nous sommes loin du souci de confection de la franchise Mission : Impossible, autre adaptation d’une célèbre série télévisée d’espionnage.

Ce divertissement ne tenant pas ses promesses est donc dispensable.

Tancrède Delvolvé

Charlie’s Angels (2019) d’Elizabeth Banks avec Kristen Stewart, Naomi Scott, Ella Balinska et Elizabeth Banks. 1h59

  • 1
  •  
  •  
  •  




Back to Top ↑