L’Avant-Scène Cinéma, un magazine unique !

L’Avant-Scène Cinéma a vu le jour en 1961, autant dire il y a un millénaire. Si l’équipe qui fait vivre aujourd’hui la revue n’était pas présente lors de sa naissance, elle n’en est pas moins fière de perpétuer une tradition. Car l’Avant-Scène Cinéma n’est pas une revue comme les autres. C’est la seule au monde à publier de façon aussi régulière et systématique le scénario de films, parfois des grands classiques de l’Histoire du cinéma, parfois des films plus confidentiels mais qui nous sont chers.


Critique Battle of the sexes de Valerie Faris et Jonathan Dayton

Publié le 22 novembre, 2017 | par @avscci

0

Battle of the sexes de Valerie Faris et Jonathan Dayton

Après Borg/McEnroe, Battle of the Sexes est le deuxième film de la saison à prendre pour cadre le monde rarement filmé du tennis professionnel. L’action se déroule en 1972, lorsque la championne américain Billie Jean King a entrepris de mener la fronde contre les instances de son sport afin d’obtenir que les championnes soient aussi bien rémunérées que leurs homologues masculins. Elle a relevé pour cela le défi provocateur lancé par Billy Riggs, ancien numéro un mondial hâbleur qui a proposé à cette militante féministe de l’affronter au cours d’un match dont il pense l’issue inéluctable. Au-delà de cette joute sportive singulière, le film du tandem révélé par Little Miss Sunshine ressuscite brillamment cette période d’euphorie post-soixante-huitarde au cours de laquelle les femmes ne se sont pas contentées de déchirer leurs soutien-gorge, mais ont revendiqué une parité dont on est toujours bien loin. Cette comédie jubilatoire doit beaucoup à la personnalité de ses deux interprètes principaux : Emma Stone méconnaissable en grenouille qui se transforme en princesse sous l’influence d’une femme plus libérée et Steve Carrell, dans un nouveau contre-emploi spectaculaire, qui réussit la gageure de rendre attachant un horrible macho misogyne imbu de lui-même. C’est parce qu’ils aiment le cinéma autant l’un que l’autre que Valerie Faris et Jonathan Dayton réussissent à signer un authentique film militant, sans jamais perdre de vue ce sens de la fête qui caractérise la crème du cinéma américain.

Jean-Philippe Guerand

Film américain de Valerie Faris et Jonathan Dayton (2017), avec Emma Stone, Steve Carrell, Andrea Riseborough. 2h 01.

Critique en partenariat avec l’ESRA.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  




Back to Top ↑