L’Avant-Scène Cinéma, un magazine unique !

L’Avant-Scène Cinéma a vu le jour en 1961, autant dire il y a un millénaire. Si l’équipe qui fait vivre aujourd’hui la revue n’était pas présente lors de sa naissance, elle n’en est pas moins fière de perpétuer une tradition. Car l’Avant-Scène Cinéma n’est pas une revue comme les autres. C’est la seule au monde à publier de façon aussi régulière et systématique le scénario de films, parfois des grands classiques de l’Histoire du cinéma, parfois des films plus confidentiels mais qui nous sont chers.


Critique Borg vs. McEnroe de Janus Metz Pedersen

Publié le 11 novembre, 2017 | par @avscci

0

Borg vs. McEnroe de Janus Metz Pedersen

Le titre est sans équivoque : l’idée était de faire revivre dans une fiction deux joueurs de tennis de légende, au caractère et au jeu diamétralement opposés. Les deux hommes se sont retrouvés maintes fois sur un cours de tennis, mais aucun match n’ayant atteint l’intensité dramatique de la finale de Wimbledon 1980, c’est sur ce match d’anthologie, disputé avec une âpreté rarement atteinte, avec un suspense à couper le souffle, que le film s’est bâti. Le problème est que le temps du film n’est pas celui du match, et qu’il a bien fallu pratiquer des ellipses. Pire, le réalisateur n’a pas relevé le défi de filmer le match de l’intérieur, à mettre en lumière la stratégie de construction de chaque point. Mais était-il possible de reprendre à l’identique les déplacements, les mouvements, les frappes des joueurs ? Reste la mise en place de ce match, le portrait croisé des deux joueurs. Qui, disons-le d’emblée, ne sont pas traités à égalité. McEnroe peine à exister, sa fougue, sa rage même semblent comme plaquées sans que l’on comprenne que le joueur était perçu comme étant un chien fou dans un jeu de quilles. Le personnage de Borg est en revanche largement développé (le réalisateur, suédois, semble ne pas cacher sa préférence) : le film revient longuement sur son enfance et tente d’expliquer les raisons de son absence d’émotions apparentes. C’était au final sans doute la piste la plus féconde, et Borg en devient attachant. Tout en conservant cette part d’ombre que ce demi-dieu des cours possède à tout jamais, alors qu’il est désormais à la retraite (il a quitté la compétition il y a bien longtemps, en plein triomphe, à l’âge de 25 ans.). Signe des temps ? La semaine prochaine, nous découvrirons Battle of the sexes, qui relate le match historique (en 1972) entre la championne Billie Jean King, chantre d’un féminisme qui avait encore beaucoup de grain à moudre et le très macho Bobby Riggs, qui doutait qu’une femme puisse battre un homme…

Yves Alion

Borg vs. McEnroe. Film suédois de Janus Metz Pedersen (2017), avec Shia LaBeouf, Sverrir Gudnason, Stellan Skarsgard. 1h 48.

Critique en partenariat avec l’ESRA.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  




Back to Top ↑