L’Avant-Scène Cinéma, un magazine unique !

L’Avant-Scène Cinéma a vu le jour en 1961, autant dire il y a un millénaire. Si l’équipe qui fait vivre aujourd’hui la revue n’était pas présente lors de sa naissance, elle n’en est pas moins fière de perpétuer une tradition. Car l’Avant-Scène Cinéma n’est pas une revue comme les autres. C’est la seule au monde à publier de façon aussi régulière et systématique le scénario de films, parfois des grands classiques de l’Histoire du cinéma, parfois des films plus confidentiels mais qui nous sont chers.


Critiques DVD souvenirs-de-marnie-critique-dvd-ghibli-avant-scene-cinema-626

Publié le 19 octobre, 2015 | par @avscci

0

Actu DVD octobre 2015 – Souvenirs de Marnie

Souvenirs de Marnie est le second film d’Hiromasa Yonebayashi après Arriety, le petit monde des chapardeurs. Produit par les studios Ghibli, c’est peu dire que le film nous enchante. Le cinéma d’animation a aujourd’hui, à l’instar des films à personnages réels, choisi le plus souvent de jouer la carte de la frénésie, du montage rapide et de la bande son tonitruante. On ne peut que louer les Japonais d’avoir décidé de faire l’inverse.

Souvenirs-de-Marnie-critique-dvd-avant-scene-cinema-626-yves-alion

La lenteur mélancolique du film nous touche au plus profond. D’autant que les personnages prennent chair avec davantage de vigueur que dans bien des films où ils sont de chair et d’os. Mieux, cette histoire de fantômes imaginée par une petite fille asthmatique et repliée sur elle-même, en exil dans une campagne qu’elle découvre peu à peu prend par moment des accents psychanalytiques, ce qui n’est pas courant, on en conviendra en matière d’animation.

Souvenirs-de-Marnie-critique-dvd-octobre-2015-avant-scene-cinema-626-yves-alion

La fragilité de la gamine, ses doutes sont exposés avec une délicatesse et une précision peu communes. Ce qui n’empêche pas le film de s’adresser en priorité aux enfants. Cette dernière production des studios Ghibli n’a pas rencontré le succès lors de sa sortie au Japon. Ses scores sont loin de ceux du Vent se lève, le dernier opus de Miyazaki. C’est injuste, mais c’est ainsi. Le studio est depuis lors en standby. Nous prions les dieux du cinéma pour que ce film magique (le vingtième produit par les studios de Miyazaki et Takahata) ne soit pas le dernier d’une superbe série.

Yves Alion

  •  
  •  
  •  
  •  




Back to Top ↑